La Playlist de la St Patrick

Sortez votre plus beau t-shirt vert car aujourd’hui on célèbre la St Patrick ! Et pour l’occasion, je vous ai préparé une playlist 100% irish qui sent bon la cornemuse, les leprechauns et la bière (diantre, que les clichés ont la peau dure) !

The Undertones – Teenage Kicks

Groupe de punk formé à Derry, en Irlande du Nord, au milieu des années 70, The Undertones a connu un beau succès à ses débuts, en assurant notamment les premières parties des Clash avant de se séparer en 83 et de se retrouver dans les années 2000. Une carrière un peu bordélique mais efficace qui leur assure une jolie place au panthéon des rockeurs irish.

My Bloody Valentine – Emptiness Inside

Apparemment c’est une tradition irlandaise d’avoir une carrière en dents de scie puisqu’après un beau succès dans les années 80-90, le groupe s’est séparé pour se retrouver en 2007. Un son particulier qu’ils n’imaginaient certainement pas, à l’époque, devenir un sous-genre du rock alternatif, le shoegaze.

U2 – Sunday Bloody Sunday

Bien que n’étant pas une immense fan du groupe que je trouve assez inégal dans ses morceaux (je sens déjà les insultes venir, peace, c’est la St Patrick), je ne pouvais pas passer à côté de ce titre incroyable d’intensité.

The Blizzards – Domino Effect

Mené par Niall Breslin, désormais producteur réputé au Royaume-Uni, The Blizzards aura connu une existence plutôt courte, puisque l’aventure n’aura duré que 6 ans, mais intense quand on voit le nombre de leurs morceaux qui ont trusté le top des charts irlandais. Régressif et jouissif.

Bob Geldof – Systematic 6 – Pack

Désormais plus réputé pour ses qualités d’hommes d’affaires et ses divers scandales, Bob Geldof est avant tout un rocker né qui a commencé avec le groupe Boomtown Rat et est devenu une icône en interprétant le rôle de Pink dans The Wall d’Alan Parker. Une bonne raison pour écouter ce titre tiré de l’album « How to Compose Popular Songs that will Sell ».

Van Morrison – Brown Eyed Girl

Monstre sacré de la musique irlandaise, que Bob Geldof himself a qualifié de génie, a commencé son incroyable carrière en 1945 et n’a pas beaucoup soufflé depuis puisque son dernier opus date de tout juste un an. Face à la myriade de titres qu’il a composé au fil des années, j’ai donc choisi de réécouter un de ses grands classiques de 1967.

Hozier – Angel of Small Death & The Codeine Scene

Nouvelle sensation irlandaise de ces deux dernières années, Andrew Hozier-Byrne a baigné très tôt dans la musique grâce à son père, musicien de blues du coin. Peu recommandé pour lancer une soirée endiablée mais sa voix envoûtante vous permettra peut-être de conclure vers 4h du mat’.

Sinead O’Connor – Just Like You Said It Would B

Si ce morceau ne vous fait pas penser aux terres irlandaises, je ne sais pas ce qu’il vous faut. Souvent décriée pour son look et son comportement désinvolte, surtout dans une Irlande ultra-catholique, Sinead O’Connor a tout de même obtenu le respect de toute la profession, bien forcée de reconnaître qu’elle était bourrée de talent. Classe.

The Cranberries – Just my Imagination

Oui je sais, Zombie est un morceau exceptionnel mais là on essaye vraiment de se mettre en mode soirée et ce titre sera donc bien plus adapté à vos délicats mouvements de bassin. C’est culte et ça ne vieillit pas si mal que ça en fait.

The Corrs – Breathless

C’est cadeau, pour finir cette playlist en beauté je vous renvoie 15 ans en arrière, à l’époque où les tours de cou en plastique et les baskets compensées étaient socialement acceptables. Bref, quand j’écoute cette chanson, j’ai juste envie de trinquer avec mes potes en chantant très fort (et très faux) en chewing-gum.

.

guinness

.

.

Et on boit quoi avec ça ?

Une Guinness pardi ! Et si vous n’êtes pas un fan de Stout, comme moi (diantre, les clichés sur les meufs ont parfois la peau dure avec moi), la marque produit aussi une lager, « La Harp ». Cheers !

.

.

Publicités
About drinkabeat (113 Articles)
Sudiste ayant migré à Bordeaux pour le Master Wine Marketing & Management de l'INSEEC, évolue depuis à mi-chemin entre la music nerd et la wine lover. Parce que les tribulations vinicoles ne se résument pas qu'à des beuveries (dés)organisées, s'engage dans une vision décomplexée du vin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s