Mon Top 5 des clips de David Bowie

La nouvelle est tombée ce matin. David Bowie, icône britannique qui aura influencé plusieurs générations de rockeurs cinéastes stylistes tout le monde en fait, n’est plus.

Alors comme tout le monde, j’ai eu un moment de vide en voyant passer l’info. J’ai passé la journée à réécouter sa discographie, écouteur vissé à l’oreille au boulot. Enfin, pas tout, puisque ce génie avait sorti 25 albums tout au long de sa carrière. Je me suis dit que je devrais faire ça bien plus souvent. Et je me suis surtout fait la remarque que contrairement à d’autres artistes, aucun titre ne ressemble à un autre, même pendant plusieurs heures d’écoute. J’ai tergiversé un moment sur l’axe que devait prendre ce billet, si je devais plutôt partir sur un texte grandiloquent, larmes à l’appui ou sur un hommage tout en légèreté. Finalement, c’est la deuxième option qui m’a séduite, parce que David Bowie, sous ses airs de poète maudit et d’artiste torturé, aimait surtout l’amour, les découvertes, le sexe, la fête, les métamorphoses, la culturela vie quoi.

Et parce que chez Bowie, le visuel compte tout autant que la mélodie, voici le top 5 de mes vidéos favorites, interdit aux épileptiques :

N°5 D.J.

Sortie en 1979, cette tirade cynique sur le culte du DJ est encore et toujours d’actualité, comme souvent avec lui. Dans le clip, on le voit joyeusement détruire un studio et se balader, bien entouré, dans les rue de Londres. Etincelles et jet de vinyles au programme.

 

 

N°4 Loving the Alien

Considéré comme l’un des grands chefs d’œuvre de Bowie, ce titre de 1984 s’offre un clip totalement barré, comme souvent avec lui (encore). Clins d’œil à la religion dans tous les sens, décors en carton pâte et effets visuels bien représentatifs de l’époque, tout y est.

 

 

N°3 Life on Mars

Un choix très affectif, puisque c’est ce morceau qui m’a introduit à l’univers Bowie quand j’étais ado. Une belle claque, surtout quand je me suis retrouvée face à cet être androgyne au glamour fou qui ne ressemblait à aucun autre.

 

 

N°2 Valentine’s day

Il y a seulement deux ans, David Bowie sortait cette vidéo intimiste dans laquelle on le voit, seul avec sa guitare, interpréter son titre. De premier abord très simple, surtout lorsqu’on la compare à la filmo habituelle de l’intéressé, elle dégage une puissance impressionnante par sa pureté et le regard perçant de ces inoubliables yeux vairons.

 

 

N°1 Under Pressure

Queen. David Bowie. Est-ce que je dois vraiment rajouter quelque chose ?

Bon, ok, je dirais juste ça : cette vidéo est une magnifique critique de la société des années 80, malheureusement toujours applicable aujourd’hui.

 

 

Santé Ziggy David !

david bowie

 

Publicités
About drinkabeat (113 Articles)
Sudiste ayant migré à Bordeaux pour le Master Wine Marketing & Management de l'INSEEC, évolue depuis à mi-chemin entre la music nerd et la wine lover. Parce que les tribulations vinicoles ne se résument pas qu'à des beuveries (dés)organisées, s'engage dans une vision décomplexée du vin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s