Happy Halloween Little Monsters !

Comme dirait Lagy Gaga, Joyeux Halloween mes Little Monsters

Cette référence pop culture plutôt moyenne étant passée, nous pouvons maintenant nous concentrer sur la playlist idéale pour cette soirée horrifique.

 

Je ferais l’impasse sur le classique Thriller de Michael Jackson, vu, revu et rerevu pour me concentrer sur le renouveau musical de la veillée de la Toussaint, qui a perdu de son statut religieux pour devenir une raison supplémentaire pour les étudiants du monde entier de sortir et de se déguiser en monstre sanguinolent ou en demoiselle effrayée très court vêtue.
On attaque donc avec le clip des Shoes, Time to Dance. Dans le rôle principal j’ai nommé Jake Gyllenhaal, ancien cowboy habitué aux découvertes torrides sous la tente et adolescent traqué par un lapin terrifiant. On le retrouve ici en serial killer indifférent , tuant de sang froid bon nombre de victimes pour un joli festival d’hémoglobine.

On enchaîne avec MGMT, le groupe alternatif de Brooklyn, et leur titre Kids. lls font plaisir au psychopathe qui sommeille en chacun de nous en traumatisant joyeusement pendant 6 minutes un mignon petit bébé. Cet enfant (à qui on a déjà certainement payé d’avance des années de thérapie) se retrouve confronté à une ribambelle de créatures sorties tout droit d’un film de Guillermo del Toro.

On termine avec Born Free de M.I.A., clip dans lequel un régiment armé trucide un bus entier de roux, surement à la mémoire des habitants de l’Egypte antique qui les pensaient possédés par le malin. Un génocide dérangeant et savamment organisé, kalachnikov et mines anti personnelles à l’appui.

On accompagne bien entendu ces vidéos effrayantes d’un ou plusieurs Bloody Mary, cocktail meurtrier à l’imaginaire cruel composé de jus de tomate, vodka, jus de citron et diverses épices (tabasco, céleri, sauce Worcestershire). Si comme moi vous n’avez jamais eu le cran de prononcer le nom de Bloody Mary trois fois devant un miroir (et Paranormal Activity vous engage réellement à ne pas pratiquer cet exercice), consolez-vous en vous délectant de cette boisson barbare.
Verdict : Parce que j’aime bien me contredire et qu’on apprécie toujours un bon classique, place au défunt Roi de la Pop.

Publicités
About drinkabeat (116 Articles)
Sudiste ayant migré à Bordeaux pour un Master en Wine Marketing, évolue depuis à mi-chemin entre la music nerd et la wine & spirit lover, prônant la tolérance pour toutes les boissons alcoolisées. Parce que les tribulations vinicoles ne se résument pas qu'à des beuveries (dés)organisées, s'engage dans une vision décomplexée du vin...et du reste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s